La Poule

LA POULE

La poule est le plus familier de nos oiseaux de basse-cour.

Les poules domestiques sont des animaux sociaux qui, quand cela leur est permis, forment une structure sociale cohérente et communiquent par des appels, des contacts et des manifestations visuelles.

La poule est omnivore, elle aime tout, les légumes, la viande, les céréales, le pain sec, etc. Elle boit presque 2 fois plus qu’elle ne mange. Elle se régalera même avec un plat de riz, de semoule ou bien de pâtes que vous leur aurez préparé.

Attention toutefois à ne pas lui donner d’épluchures de pommes de terre, de feuilles de poireaux, d’oignons ni de kiwi

La fiente de poule est un excellent engrais riche en azote, en phosphore, en potassium et en calcium. C’est un engrais écologique et bon marché de très bonne qualité. Mélangé avec la paille, il fera un excellent compost.

La poule n’a que des qualités : elle pond énormément, elle s’apprivoise facilement, elle a vraiment un bon caractère.

La mue chez les poules

La mue chez les volatiles est fréquente, mais plus particulièrement chez nos amis les poules. Ne vous inquiétez pas, c’est tout à fait normal. C’est un phénomène physiologique qui leur permet de renouveler leurs plumes une fois par an, en (général en fin d’été-début d’automne). Durant cette période de mue, le système de reproduction de la poule est au repos complet, ce qui lui permet d’économiser au mieux son énergie, et de faire des réserves pour affronter la rude période de l’hiver.

L’OEUF

Il ne faut jamais laver un œuf car la coquille est poreuse. Si l’œuf est sale, il sera nettoyé avec une petite brosse souple.

• Aimeriez-vous savoir ce qu’on trouve dans les œufs ?
Une petite comparaison pour commencer : on y trouve 30% de cholestérol de moins que dans les œufs industriels, 25% de graisses saturées de moins, 60% de vitamine A en plus, le double d’oméga-3, le triple de vitamine E et 7 fois plus de béta-carotène… No comment ! Les protéines des œufs sont complètes parce qu’elles contiennent les 8 acides aminés essentiels (ceux que nous ne fabriquons pas), de la lutéine et de la zéaxanthine (pour les yeux !), de la choline (pour la mémoire !), de l’acide folique, du phosphore et du zinc.

• Effet coupe-faim ?
L’œuf au petit déjeuner a un effet coupe-faim plus important que les produits à base de céréales (pain, croissant, céréales). L’une des expériences du projet Ovonutrial réalisé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) a permis d’évaluer les propriétés coupe-faim de l’œuf (sous forme d’omelette) sur 30 volontaires sains, par comparaison à celles d’un en-cas laitier (du fromage blanc). Conclusion : omelette et fromage blanc apaisent la faim de la même façon.

LE POULAILLER

Le poulailler est un élément important pour le bien être des poules. La superficie usuelle est de 0,5 m² par poule. Un poulailler en bois est idéal de part sa résistance, son étanchéité et ses propriétés d’isolation. Il est en kit et donc aisément démontable. Le bois est traité et protégé avec des produits naturels.

Le poulailler est équipé de :
– Perchoirs:
on considère qu’un mètre de perchoir peut accueillir 3 poules (soit 20 à 30 cm de perchoir pour une poule). Les perchoirs doivent être placés à la même hauteur afin de ne pas créer de compétition entre les poules..
– Pondoirs :
ils doivent être au calme et peu éclairé. On compte un pondoir pour 2 ou 3 poules. Les poules ont souvent l’habitude de pondre dans le même pondoir et en même temps.
– La mangeoire :
elle doit être placée à l’intérieur du poulailler, facile à nettoyer, stable (pour ne pas être renversée) et de taille adaptée à l’âge et au nombre de gallinacées.
– L’abreuvoir :
comme la mangeoire, l’abreuvoir devra être placé dans le poulailler avec une eau propre.

L’entretien annuel du poulailler consiste à passer un mélange d’huile de lin et de térébenthine. L’huile de lin va nourrir le bois et la térébenthine permettra de l’imperméabiliser.

Le nettoyage du poulailler sera effectué chaque semaine par le changement de la paille et le retrait des fientes séchées. Une pulvérisation de poudre anti acariens dans le poulailler évitera la prolifération des bactéries.

Le choix du poulailler se fera en fonction du lieu d’implantation et du nombre de poules à élever. Ils seront sur mesure et adaptable à l’environnement.

Les poulaillers sont fabriqués par nos soins.

Poulailler ecococotte

Plusieurs lois gèrent l’élevage de poule en général.

Une installation de moins de 10 volailles, notamment hébergées dans une installation “mobile” ne demandera aucune déclaration préalable, car assimilée à de l’agrément et à des animaux de compagnie.

Certains règlements de lotissements interdisent l’installation de poulaillers, mais cette interdiction fait référence aux poulaillers de plus de 50 animaux.

L’implantation d’un local abritant un élevage doit être conforme aux règles d’urbanisme et éventuellement, au cahier des charges du lotissement.

Plus généralement, sont dispensées de toute formalité préalable d’installation, (sous réserve qu’elles soient situées en dehors d’un secteur sauvegardé ou protégé), les “petites” constructions dont la surface et la hauteur sont respectivement inférieures ou égales à 5 m2 et 12 m de haut.

En ce qui concerne les nuisances dues au bruit, votre basse-cour doit respecter les règles de voisinage prévue par l’article R 1334-31 du code de la santé publique. Vous devez veiller à ce que vos animaux ne portent pas atteinte à la tranquillité ou à la santé de vos voisins.

Aucune distance n’est imposée pour les élevages comptant moins de 10 animaux, mais s’ils sont plus de 10, vous devrez les installer à plus de 25m des habitations et à 50m de celles ci s’ils sont plus de 50.

Selon le règlement sanitaire du val d’ Oise(D.D.P.P), Les élevages de poules pondeuses comprenant moins de 250 volailles, ne présente pas de risque de salmonella et ne sont donc pas soumis à un dépistage obligatoire de salmonelles.

« Art.L. 541-21-1.– A compter du 1er janvier 2012, les personnes qui produisent ou détiennent des quantités importantes de déchets composés majoritairement de biodéchets sont tenues de mettre en place un tri à la source et une valorisation biologique ou, lorsqu’elle n’est pas effectuée par un tiers, une collecte sélective de ces déchets pour en permettre la valorisation de la matière de manière à limiter les émissions de gaz à effet de serre et à favoriser le retour au sol. « L’Etat prend les mesures nécessaires afin de développer les débouchés de la valorisation organique des déchets et de promouvoir la sécurité sanitaire et environnementale des composts. « Les modalités d’application du présent article sont fixées par décret en Conseil d’Etat. »